L’opposition de Gauche est née ! Vive l’opposition de gauche !

Samedi 25 janvier se tenaient les premières rencontres de l’opposition de gauche en Essonne. Je dois dire que ce rendez-vous a été un franc succès, puisque nous étions une centaine de représentants de 18 listes municipales différentes, malgré la campagne battante que chacun-e d’entre nous menait dans sa ville. _ Tous issus de Partis différents ! PCF, Verts, Parti de Gauche, non encartés, citoyens et personnalités, PS démissionnaires… nous avions toutes et tous fait le choix d’être candidats sur des listes autonomes du Parti Socialiste, dont tout le monde s’accordait à dire qu’il n’avait plus de socialiste que le nom. opposition_gauche.jpg Ce qui nous a donc réunis samedi c’est une opposition commune aux politiques d’austérité dont nous étions tous conscients des retombées dans nos villes sur nos concitoyens, ceux que nous aspirions à défendre et représenter. C’était le refus de la schizophrénie qui pousse nombre d’élu-e-s socialistes et même de droite, à applaudir aux politiques libérales, austéritaires nationalement, et à faire semblant de les combattre localement. J’en connais à Juvisy qui s’amuse à regretter la fermeture du centre de tri postal, ou à dénoncer la fermeture des services de l’hôpital, sans dire un mot des choix gouvernementaux (sarkozistes ou hollandistes) quo ont conduit à cette situation désastreuse. _ Alors, dans une ambiance studieuse, nous avons travaillé à lister des proposition communes que nous voulions voir émerger dans le débat local, et ainsi fédérer notre expression. Nous avons ainsi lancé une charte, que vous trouverez ci-dessous, et en nous donnant rendez-vous bientôt pour continuer ce travail. _ Je salue à cette occasion mon amie Abi Osmani, qui vient de claquer la porte du Parti socialiste à Vigneux, dont elle était secrétaire de section, pour rejoindre cette dynamique, avec toute une équipe. Gageons que d’autres suivront allègrement.

Charte des listes de l’opposition de gauche en Essonne

Dans nos communes, la vie du grand nombre est toujours plus dure. C’est la conséquence d’un modèle de société qui considère toute limite au profit comme une « charge » ou une « rigidité » à abattre et fait de l’austérité et de la compétitivité les valeurs suprêmes. Heureusement, ce n’est pas une fatalité. Pour peu que l’on s’attaque à cette logique dominante, il est possible de changer la vie dans le bon sens ! Telle est notre ambition. _ Nous ne nous contentons pas de déplorer le productivisme et les politiques d’austérité qui dégradent la planète et aggravent les inégalités. Nous ne nous bornons pas à regretter que ces choix continuent aujourd’hui au gouvernement après l’élection de François Hollande. Nous nous opposons à cette politique. Si nous l’emportons, nous ferons de nos communes des territoires de résistance. _ Cela impose d’en finir avec le chacun pour soi. L’austérité conduit à mettre les territoires en concurrence. Elle nous condamne à nous battre entre nous pour attirer des investissements et des emplois de plus en plus rares. « Diviser pour mieux régner » pourrait être son slogan. Nos listes choisissent à l’inverse de résister ensemble et de se rassembler autour des engagements suivants : -# Nous agirons dans chacune de nos communes contre la catastrophe écologique qui s’avance. Nous encouragerons la relocalisation de l’activité, les circuits courts, les commerces de proximité, la production agricole dans nos villes, ce qui sera aussi générateur d’emplois. Nous prendrons des mesures volontaristes en faveur de la biodiversité. Nous intègrerons systématiquement les exigences environnementales dans tous les programmes d’aménagement, d’urbanisme et de construction. Nous combattrons les projets d’expérimentation, d’exploration et d’extraction d’huile de schiste, quelle que soit la méthode utilisée. -# Nous défendons un aménagement équilibré du territoire. Nous nous opposons aux pôles de compétitivité qui le spécialisent, multiplient les déplacements contraints, soumettent l’organisation de l’espace aux investissements privés. Nous nous opposons donc aux projets en l’état d’aménagement du plateau de Saclay et du Grand Stade de Rugby. Nous agirons pour que l’avis des populations locales et leur bien-être soit pris en compte. Nous nous mobiliserons pour que l’investissement public aille en priorité aux services structurants actuellement délaissés comme le RER et les bus et pour un aménagement du territoire qui ne soit plus générateur de longs déplacements motorisés. -# Nous nous mobiliserons face à chaque recul des services publics utiles aux habitants. Nous ne nous résignons ni à la dégradation de l’école publique, ni au démantèlement de l’hôpital, ni à l’insuffisance de places en crèches, ni à la réduction annoncée du nombre de quartiers en politique de la ville qui mettrait en péril de nombreuses actions sociales et associatives en Essonne. -# Nous agirons pour la maîtrise publique sur les biens communs et services essentiels : eau, cantines, déchets… Nous municipaliserons les services publics actuellement sous délégation privée. Nous voulons ainsi démocratiser leur gestion et la rendre compatible avec les exigences écologiques de notre temps. Nous récusons la soumission des politiques publiques aux intérêts privés et notamment la procédure des partenariats publics privés dont l’hôpital sud francilien a montré la nocivité. Nous travaillerons à améliorer l’accès au service public, en élargissant notamment sa gratuité. -# Nous agirons dans nos villes pour renforcer la participation populaire, indispensable pour faire prévaloir l’intérêt général dans les politiques locales. Nous lutterons contre les pratiques clientélistes et serons intraitables face aux conflits d’intérêt générateurs de corruption. -# Nous combattrons la privatisation rampante des services publics locaux qui se dissimule derrière la réforme territoriale et les prétendues « économies » qui en sont attendues. Nous refusons la dérive autoritaire qui accompagne cette politique comme la mise en place d’une métropole non élue et les fusions forcées d’agglomérations.

Place aux Juvisiennes et aux Juvisiens !

Notre ville a de nombreuses qualités. Les juvisiens sont des fortes têtes qui s’investissent dans les associations, dans la vie de nos quartiers. mouniabenaili.jpg Cependant, l’avenir est incertain : nous ne savons plus où nous allons. La commune devrait être un rempart contre les mauvais coups portés nationalement, et un point d’appui face aux fermetures de services publics locaux, comme l’hôpital de Juvisy, la Poste, le Trésor public… Mais c’est loin d’être le cas. La résistance n’est pas à la hauteur de l’urgence ! On ne peut pas dire que la politique gouvernementale nous protège. Tous les jours nous avons affaire à de nouvelles mesures contre notre pouvoir d’achat, notre protection sociale, nos droits.

La TVA est le dernier coup dans le dos que nous allons subir. Pourtant Juvisy s’était massivement mobilisé pour que la gauche revienne au pouvoir. Et le Front de Gauche était arrivé avant le Front National ce qui n’était pas le cas dans toutes les villes. Les élections municipales seront l’occasion de prouver qu’une autre politique est possible : celle du bon sens ! Nous vous proposons une équipe composée de têtes dures. Nous n’avons pas peur de résister, de revendiquer et de pointer les responsabilités. Nous fourmillons d’imagination. Nous savons que d’autres expériences se mènent ailleurs et sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour impulser une politique municipale dans laquelle chaque juvisien se retrouve. C’est pourquoi nous lançons un RASSEMBLEMENT CITOYEN ouvert à tous ceux qui ne se résignent pas et veulent s’impliquer sur des orientations concrètes. Nous refusons de renier nos idées pour des négociations de marchands de tapis. Nous voulons être utiles et non pas construire des carrières. Nous voulons provoquer le débat et mettre sur la table des sujets importants pour que chacun discute autour de projets qui intéressent les juvisien-ne-s. Voilà les thèmes qui seront au coeur de notre programme :

  • L’accès aux bien communs comme l’eau, la santé, la culture, l’éducation et une alimentation bio et reprise en régie publique des services publics délégués
  • Le pouvoir aux juvisien-ne-s : plus de transparence, d’écoute et de démocratie locale réelle.
  • La planification écologique pour un équilibre entre l’humain et la nature
  • Contrôler l’urbanisation de notre ville face aux marchands de biens
  • L’économie sociale et solidaire pour créer de l’emploi !
  • Lutter contre les incivilités, la sécurité pour tous !

Économie Sociale et Solidaire

Pour un autre mode de développement local : l’économie sociale et solidaire doit devenir prioritaire dans notre développement économique – Soutenir les coopératives pour créer de l’emploi. – Créer une monnaie locale pour fidéliser la consommation auprès des commerçants locaux et les soutenir. – Fédérer autour d’une «bourse aux richesses réelles» : échanges de savoirs, de services SEL, troc… bref toutes les initiatives qui sortent la finance de la vie locale. – La réussite citoyenne au service de la jeunesse de notre ville : un coup de pouce pour les projets de nos jeunes en échange d’une action de bénévolat pour notre ville.

Logements et transports

Reprendre la main sur l’urbanisation de notre ville et contre les spéculateurs – Nous associerons les habitants à chaque projet dans le cadre de consultations publiques auprès des habitants et chaque projet devra respecter l’architecture de notre ville. – Nous réaffecterons les logements vacants pour les incorporer dans le contingent des logements attribués par la commune. – Nous organiserons un référendum sur le tracé du futur tramway dans le cadre d’un grand débat local. – Nous participerons aux batailles contre le STIF pour reprendre le contrôle public sur nos transports en commun. Nous mettrons en place des navettes gratuites pour desservir les quartiers avec la gare et le marché et ainsi désengorger nos rues. – Les circulations douces doivent être repensées pour permettre aux piétons et aux vélos de mieux circuler en sécurité et la RN7 doit être réaménagée en boulevard urbain pour mieux relier les quartiers.

Écologie

L’écologie et l’environnement à Juvisy sont en danger : planifions! – La biodiversité doit être réintroduite en ville. Pour cela, formons les élus, les agents et les habitants aux techniques naturelles pour le retour de cette biodiversité : gestion différenciée, prairies, chèvres, moutons ou vaches tondeurs, suppression des produits chimiques, ruchers, jardins de la biodiversité…. Permettons le développement de jardins partagés là où les habitants le souhaitent, et des aires de jeux sécurisées pour nos enfants partout. – C’est aussi empêcher le bétonnage et déminéraliser des surfaces pour lutter contre les inondations. – Nous adopterons un plan d’éclairage public sécurisant mais économe en énergie. – Nous interdirons au maximum la publicité sur l’espace public, cette pollution visuelle qui incite à la consommation dans notre règlement local de publicité.