Pesticides et fleurissement de la ville… Écologie et santé publique, Juvisy mauvaise élève

Juvisy qui avait fait des efforts ces années dernières, même si la route était encore longue, pour améliorer son impact écologique, redescend dans le classement, et de la plus mauvaise manière.

Pesticides : le maire persiste et signe !

Alors que de plus en plus de villes s’engagent dans le Zéro produit phytosanitaire, pour privilégier les méthodes douces et écologiques, sans danger pour la santé et pour l’eau, à Juvisy, nous retournons en arrière. _ Le Maire malgré nos mises en gardes sur la santé des juvisiens, continue le sale boulot, puisque les campagnes de désherbages chimiques continuent. Il a réaffirmé hier que c’était une question de confort car les produits chimiques, c’est « efficace et rapide ». _ Il a refusé de répondre aux questions que nous lui avons posées : quel produit a été utilisé ? Dans quelles rues ? Quels jours ? Les règles de sécurité ont-elles été respectées ? Les riverains ont-ils été prévenus ? _ En effet, ces questions sont primordiales, car selon le type de produits utilisés, il faut faire un périmètre de sécurité, fermer la rue pendant 24h, et donc prévenir les habitants…. Car ces produits sont hautement dangereux ! _ Nous continuons donc notre travail d’investigations et espérons des réponses au prochain conseil municipal.

Le fleurissement, n’importe quoi et n’importe comment

Vous avez vu ces drôle de pots de fleurs, fleurir (c’est le cas de le dire) dans la ville. Vous aussi vous les avez trouvés moches ? _ Encore plus grave que la question esthétique, même si elle a son importance, ces pots de fleurs démontrent de l’absence totale de réflexion écologique et des impacts sur les coûts et donc sur l’utilisation de nos deniers publics. _ Des pots de fleurs qui auront couté donc 34 000 € (!!!) _ Cette équipe ne sait-elle donc pas que des massifs en pleine terre, avec des plantes d’essence locale, des vivaces, sont moins chères et moins consommatrices d’eau que des pots de fleurs ? Une économie en eau donc, mais aussi en temps de personnel communal, qui pourrait ainsi dégager du temps pour…. par exemple, biner les herbes folles avec d’autres méthodes que les produits chimiques, ou bien aller se former sur la question de la gestion différenciée des espaces ? _ La mise en œuvre d’une gestion écologique à l’échelle d’une ville coûte moins cher que ces pratiques d’un autre âge. _ Cette nouvelle équipe aurait tout intérêt à s’y former, avant de prendre des décisions hâtives, sans mesurer les impacts financiers, sanitaires, écologiques. Nous ne sommes confrontés à aucune urgence de ce point de vue là non ? Document envoyé par une Juvisienne du plateau : (cliquez dessus pour agrandir) feuilles_mortes_juvisy_2014.png