Pesticides : lettre ouverte au maire

Monsieur le Maire, Nous avons découvert que vous aviez fait appel à des produits phytopharmaceutiques, communément appelés pesticides, pour désherber les trottoirs des adventices, communément appelées « mauvaises herbes ». Tout cela alors que la ville était engagée dans le programme Zéro Phyto pour abandonner l’usage de ces produits chimiques, nocifs pour la santé publique et pour la biodiversité, et polluants pour les eaux. Nous avons eu un débat sur ces questions lors des deux derniers conseils municipaux, ainsi que publiquement via la presse. Vous avez affirmé que l’objectif zéro pesticides était un objectif. C’était un acquis, il devient un objectif. Ce qui est un grave recul pour les juvisien-ne-s. Aussi, pour comprendre toutes les implications, nous avons plusieurs questions à vous poser : – Quel produit exact a été utilisé (son nom, sa composition et son classement). Selon les caractéristiques d’un produit,son impact n’est pas le même, et les risques encourus ne sont pas les mêmes. – En quelle quantité ces produits ont-ils été consommés ? – Quels jours ont-ils été utilisés ? Quelle était la météo ces jours-là, qui a également pu influencer l’exposition des riverains et des cours d’eau. – Sur quelles rues et quels quartiers ont-ils été utilisés. Les rues ont-elles été fermées ? Les riverains ont-ils été prévenus ? Quelles règles de sécurité ont-été observées concernant les habitants et l’environnement ? Ces informations existent, car il y a obligation réglementaire à consigner pour toutes ces interventions : une fiche d’enregistrement des pratiques doit être écrite. Pouvons-nous en avoir copie ? – Ces interventions ont-elles été réalisées en régie ou par une entreprise extérieure ? Si c’est en régie, quelles règles de sécurité ont été observées pour la santé des agents ? Si c’est par une entreprise, pouvons-nous avoir copie ou le contenu du cahier des charges du marché ou du bon de commande ? Enfin, vous avez évoqué les questions de coûts pour faire appel à cette méthode de désherbage. Je tiens à attirer votre attention sur le fait que la collectivité paie en bout de chaîne pour dépolluer les eaux. Ces traitements coûtent très chers. Aussi, tout ce que nous pouvons éviter de polluer en début de chaîne concourt aux économies budgétaires. Il existe de nombreuses méthodes alternatives de traitement qui permettent de respecter la santé des juvisiens et leur cadre de vie. Monsieur le Maire, je vous engage, en tant que premier magistrat de la ville et président de la communauté d’agglomération, à montrer l’exemple autour de ces enjeux écologiques. juvisy doit contribuer aux défis écologiques du 21ème siécle.

De plus en plus de communes s’engagent volontairement dans la préservation de la biodiversité, de plus en plus d’élus s’emparent des enjeux écologiques qui ont un impact sur la santé publique.

Ce débat concerne tout le monde et non quelques experts des hauts sommets sur le climat qui ne débouchent pas sur grand-chose. C’est du terrain que doivent changer les pratiques. _ Nous vous rappelons que la loi n° 2014-11 du 6 février 2014 prévoit l’interdiction de l’utilisation urbaine des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts à compter du 1er janvier 2020. Aussi, ne rebroussons pas chemin dans un domaine où Juvisy était plutôt en avance.

Appel à la création d’un collectif 3A départemental et à la constitution d’assemblées citoyennes dans nos villes !

La crise politique s’envenime chaque jour, aggravant davantage les conséquences néfastes pour le peuple de la crise économique et sociale. Le régime monarchique-présidentiel s’entête dans sa politique austéritaire en appliquant les injonctions de la Banque centrale européenne. Et c’est le MEDEF qui aujourd’hui organise l’agenda des mauvais coups du gouvernement contre les salariés, les chômeurs et les retraités. Cette politique sacrifie également notre organisation territoriale qui, à travers la mise en concurrence généralisée des territoires à partir des métropoles et de grandes régions, préfigure les privatisations des services publics non encore marchandisés. Face aux mécontentements qui montent sur différents fronts et à la répression organisée par le plus haut sommet de l’Etat, l’heure est à l’efficacité. C’est pourquoi, l’Opposition de Gauche en Essonne appelle à la convergence des luttes politiques, syndicales et citoyennes, à l’image du Collectif 3A (Alternative à l’austérité) qui a organisé la marche du 15 novembre. Dès aujourd’hui, nous prenons attache avec toutes les organisations qui le composent pour créer un Collectif 3A départemental. En parallèle de la mobilisation pour une 6ème République, qui rendra le pouvoir au citoyen, ce collectif organisera la riposte de l’Essonne à la politique d’austérité. Par ailleurs, nous appelons à la création d’assemblées citoyennes dans tous les cantons, ouvertes à toutes et à tous, pour que les citoyens s’emparent des batailles à mener, pour construire cette alternative et porter des candidatures citoyennes aux élections départementales de mars prochain.

Vite, la 6ème république!

Le voile de vertu de la République continue de se déchirer, avec son lot de dégout que ces odieux libéraux inspirent à la majorité silencieuse. Et elle est bien silencieuse cette majorité. Malgré les attaques de plus en plus violente, le peuple semble comme hébété sous la dureté des coups et le spectacle incessant des affaires, notamment le feuilleton Jouyet-Fillon. Pas un jour sans une affaire, pas un jour sans un recul : c’est Gattaz qui donne le « la » de la politique, c’est Bruxelles qui en dicte les fondations, c’est Merkel qui commande en Europe et les Etats-Unis, par la voix de l’OTAN qui commandite notre action internationale. Tout cela pour satisfaire les finances du CAC40. Plus le nombre de chômeurs et de pauvres augmente et plus la finance se porte bien : pour preuve il n’y a jamais eu autant de multimillionnaires en France et dans le monde. Un gouvernement de fantoches donc qui nous mène tout droit vers la catastrophe. Dans ce contexte, plus que jamais c’est la 6ème République qui peut nous sortir de l’ornière. Les citoyens ne peuvent plus faire confiance à un système qui s’enfonce chaque jour, un triste spectacle qui a de désastreuses conséquences. La 6eme République permettra de changer les règles du jeu et de contrôler les élu-es. Avec la 6eme République c’en sera fini de l’impunité des puissants. Pour soutenir le mouvement rendez-vous sur www.m6r.fr

Questions au Maire de Juvisy lors du Conseil Municipal du 2 décembre

L’avenir de l’Hôpital de Juvisy

En tant que membre du conseil de surveillance de l’hôpital de Juvisy, vous ne manquez sans doute pas d’informations quant à l’avenir jusque là incertain de notre Hôpital. Il semble qu’un appel d’offre ait déjà été lancé pour fusionner les hôpitaux de Longjumeau, Juvisy et Orsay. Qu’en est-il ? _ Où en est-on des dettes toxiques contractées et des plans d’économies, que nous avions dénoncés lors de la campagne municipal, qui ont mis en péril le projet de reconstruction initial ? _ Devons-nous craindre encore plus de fermetures de services ? Devons-nous craindre la mise en œuvre du plan habituel pour fermer un hôpital comme cela se passe partout en France : des restrictions diverses, des fermetures en douce jusqu’à fermeture complète ? C’est souvent à cela que conduisent les plans de fusion ou regroupement. _ Nous avons besoin d’un hôpital de proximité, efficace, avec les moyens nécessaires pour fonctionner. Quelles actions comptez-vous mener pour le défendre ?

Fleurissement de la ville

Vous nous avez fait savoir en Conseil municipal que les pots de fleurs qui ont été installés dans la ville (douteux et discutables d’un point de vue esthétique, mais surtout absurde d’un point de vue écologique, et incohérent d’un point de vue économique) avaient coûté 34 000 € en investissement. _ Pouvons-nous connaitre le nom de l’entreprise qui a été attributaire du marché et le coût en fonctionnement pour les entretenir ?

Arrivée du tramway

Des déclarations contradictoires circulent entre vos dires et celles du STIF concernant les études et les démarches entreprises sur le futur tracé du tramway. Manifestement quelqu’un ment dans cette histoire ? _ Alors nous posons la question : – Y-a-t-il eu oui ou non des démarches pour modifier le tracé du tramway, conformément à vos promesses municipales ? – Disposons-nous oui ou non des résultats des études de sols réalisées dans le parc de la mairie cet été ? Même si nul besoin de faire des études pour savoir qu’il y aura des conséquences écologiques à cause des sources nombreuses qui traversent le sous-sol. – Y-a-t-il oui ou non encore la possibilité de revendiquer des changements dans le tracé du tramway ou est-ce que vous faites semblant de mener une bataille que vous savez perdue d’avance comme vous l’avez fait pour les rythmes scolaires ? Si vous abandonnez le champ de bataille sur cette question cruciale, quant à nous, nous sommes disponibles pour mener la mobilisation contre le tracé actuel et revendiquer un tracé alternatif. A ceux qui prétendent qu’il n’est pas possible de dissocier le projet du tramway de celui de la rénovation de la gare et que nous n’aurons pas l’un sans l’autre, nous répondons : ce sont les techniciens qui doivent se mettre au service du projet politique et de ses objectifs et non l’inverse !