Le Maire de Juvisy pète les plombs.

Lors d’une séance du conseil municipal du 30 Mars 2017, que l’on peut qualifier d’ordinaire, Monsieur Réda a décidé d’interrompre les débats et a refusé de redonner la parole à deux élus d’opposition. Devant la protestation de l’un d’entre eux, il s’est déchainé et a déclaré : « Quittez la seance » puis  : « Je souhaite que vous partiez ! ». Devant l’étonnement de ceux-ci, il a surenchéri d’un « Allez, allez, dehors ! »

Avant la fin de conseil, plutôt traditionnel, alors que le vote du budget primitif de la ville, celui des taux de fiscalité avaient été débattus dans un climat plutôt serein, le conseil Municipal a engagé l’examen du rapport de la chambre régionale des comptes portant sur la gestion de la SEMARDEL (dont Juvisy est actionnaire !) dont le contenu était relativement lourd, Monsieur le Maire a décidé à 23 h 15 qu’il avait d’autres envies. Après quelques interventions, il a refusé de redonner la parole aux deux élus qui souhaitaient compléter les échanges.

Sans qu’il n’y ait eu le moindre conflit, le moindre haussement de voix, la moindre insulte, Monsieur le Maire a décidé qu’il en avait assez du conseil municipal, des délibérations restantes et des débats éventuels.

L’un des élus auxquels il avait adressé un «  allez, allez, dehors ! lui faisant remarquer qu’il n’avait pas le droit d’exclure les élus du conseil du débat , il a déclaré :

« Je sais que je n’ai pas le droit d’user de mon pouvoir de police en la matière », puis …  nous a hurlé : « Sortez ! », puis « tirez vous » puis « cassez vous »

Et il a rajouté : « Même si je suis hors la Loi, je m’en fiche, je changerai la Loi ! »

Devant un tel comportement, l’ensemble des élus d’opposition ont décidé de quitter le conseil Municipal

Nous savions déjà qu’il était lassé de son « jouet » Juvisien, qu’il ne connaissait ni ne travaillait aucun dossier (contrairement aux adjoints de sa majorité qui répondent clairement, et de manière explicite).

Là, il a décidé que Juvisy, à son plus haut niveau, devenait une zone de non Droit !

Nous en sommes tout d’abord bouleversés, car, plus encore en cette période, la démocratie mérite respect et dignité.

Un tel comportement n’est pas admissible.

Les élu-es de l’opposition

Intervention de Mounia Benaili au Conseil Municipal du 30 mars 2017 sur le budget

Monsieur le Maire, cher-es collègues,

Visiblement nous n’avons pas du tout la même vision politique, encore moins les mêmes priorités politiques. Comme annoncé dans votre PLU, vous allez continuer le bétonnage, sans prévision d’équipements publics nouveaux, vous n’avez pas de vision de long terme, à 20 ou 30 ans de ce que doit être la ville de Juvisy-sur-Orge. Vous nous assenez votre mantra préféré : la sécurité, la sécurité ! En croyant que ce sont des caméras de vidéo-surveillance, en croyant que c’est en faisant le tour des plateaux télévision à chaque fois qu’il y a un incident dans la ville, qu’on va résorber la violence ou la délinquance. Et bien non… Une politique efficace c’est une politique qui traite l’humain : la prévention, des éducateurs, du soutien aux associations d’éducation populaire, je pense aux MJC que vous démantelez, du soutien à l’éducation… De l’humain tout ce qui favorise le lien social. De tout cela je ne vois rien dans votre budget, pire vous dévitalisez le lien social en baissant les budgets dans ces secteurs là.

Donc vous pouvez faire des numéros de claquette à chaque vote de budget, ou à chaque échéance électorale à laquelle vous vous présentez, les juvisien-nes ne sont pas dupes, ils voient bien qu’il y a un écart entre vos actes et vos discours.

Les Juvisiens s’en rendent compte, ils ont cru à vos belles paroles en début de mandat et maintenant ils ont compris que c’était du vent.

En ce qui concerne le budget à proprement dit, je regrette qu’il y ait un tel excédent ! C’est un bas de laine, un petit matelas que vous constituez avec de l’argent qui aurait pu être utile dans les domaines que j’ai évoqués, ou pour faire des classes transplantées, pour renforcer des services municipaux, même si je sais que les fonctionnaires vous ne les aimez pas du tout, d’ailleurs vous soutenez un candidat qui veut en supprimer 500 000…

Vous avez ce décalage entre vos discours et vos actes… J’en reviens par exemple à la question de la réforme territoriale, que vous aviez défendu, ça devait être une avancée pour les habitants, pour les finances et qui devait produire des mutualisations et des économies qui seraient faites à une échelle formidable…Bref, le bonheur sur terre.  Vous promettiez que vous respecteriez les habitants et la démocratie locale pour rendre des comptes régulièrement aux Juvisiens et au conseil municipal de ce qui se déciderait à la métropole ?

J’ai été bien seule ici même, pour dénoncer cette réforme, et je vous avais mis en garde qu’on allait droit dans le mur. ..

J’étais contre la métropolisation, et en cohérence avec mes convictions j’ai voté pour des représentants au niveau national et européen pour se battre contre la réforme territoriale. Au contraire de vous qui soutenez des gens qui se battent pour accélérer cette réforme territoriale. Donc ne venez pas expliquer maintenant que ca ne marche pas parce qu’il ya aurait une majorité Front de Gauche à la métropole ! Ca ne marche pas nulle part, quelle que soit la majorité !

Non vous siégez à la conférence des Maire, c’est la co-gestion comme mode de décision à la Métropole…Donc vous devez être en capacité de peser sur les choix, et à minima de venir nous rendre compte des priorités politiques de la métropole ! Sur les questions de l’eau, les questions écologiques… vous devez être en mesure de venir ici devant vos concitoyens ainsi que vos collègues élus et de leurs expliquer quelles sont les priorités politiques que vous mettez en œuvre au niveau de la métropole.

Arrêtez de faire de la politique politicienne ! Vous co-gérez la métropole selon les choix que vous avez défendus. Nous avions dit à l’époque que la réforme territoriale allait être un désastre et c’est un désastre ! Moi je n’ai aucun mal à le dire car je soutiens un candidat au niveau national qui s’engage dans son programme à abroger la réforme territoriale.

Enfin sur la question des impôts, vous vous félicitez de ne pas augmenter les impôts. Je suis d’accord car j’estime que c’est le plus injuste parce qu’il touche tout le monde et je suis pour un impôt sur le revenu qui soit plus distributif avec beaucoup plus de tranches comme le propose Mr Mélenchon. Et vous que propose votre candidat ? Je n’oublie pas qu’une fois en conseil municipal, vous aviez dit que vous rêviez d’un monde où les collectivités territoriales ne seraient plus financées par l’impôt mais par du financement participatif, je n’oublie pas que vous aviez déclaré que les écoles ou les projets municipaux devraient être financés  du crowfonding. C’est le projet de votre candidat Fillon : briser la redistribution par l’impôt au profit du privé et du mécénat. Aujourd’hui le vrai financement participatif c’est l’impôt.

Le double discours pour faire de l’électoralisme

On n’est pas à une contradiction près … En cette période de budget (de campagne électorale), le maire se félicite de ne pas augmenter les impôts, fait sa pleureuse sur la baisse des dotations de l’Etat…. Mais soutient un candidat qui a fait de la suppression de 500 000 fonctionnaires et la baisse de 100 milliards de deniers publics son principal fonds de commerce. Alors sauf à prendre les électeurs pour des naïfs, il va falloir qu’il nous explique comment il compte améliorer le sort de Juvisy en soutenant un programme de désintégration public ? Comment payer des infirmières, des enseignants, des médecins, des hôpitaux, des services publics avec 100 milliards en moins dans les caisses alors que la situation est déjà catastrophique et au bord de l’implosion ?

Ce Maire est à l’image de générations d’élus dont les citoyens sont fatigués : bonimenteurs, ils écrivent l’histoire qui les arrange selon le contexte : l’austérité c’est mal à la sauce Hollande, mais ce sera formidable à la sauce Fillon. On a pourtant déjà vu ce que ca donnait quand il était premier ministre de Sarkozy : les mêmes recettes font les mêmes dégâts. On ne veut plus de l’austérité que ce soit celle de Hollande ou celle de Fillon. Les deux versions sont dictées par Bruxelles et l’UE. Leur Europe on la change ou on la quitte.

Le succès populaire de la marche pour la 6ème République le 18 mars illustre le ras-le-bol des citoyens. Ils ne veulent plus de cette façon de faire de la politique, ils ne veulent plus des affaires qui minent la République, des discours hors-sol qui préconisent de se serrer la ceinture pour les uns quand les autres fraudent, volent le contribuable par millions.

La France est dirigée par une caste, qui si nous n’y mettons pas notre véto, se reproduit. Les élu-es d’aujourd’hui ont les mêmes travers que les élu-es d’hier. La 6ème République c’est la garantie de pouvoir les licencier en cours de mandat si leurs turpitudes les rattrapent. La 6è République c’est fixer des règles pour les contrôler. Comme n’importe quel salarié. La 6è République c’est tourner la page de la trop peu glorieuse 5è, véritable monarchie présidentielle.

Mounia Benaili

Place aux Juvisien-nes !

www.majoritecitoyennenordessonne.fr

contact@lepetitjuvisien.fr