Diviser pour mieux régner

Lorsque Macron dit qu’il ne sent pas de colère dans le pays, c’est qu’il s’emploie à monter celle des uns contre les autres. Chaque jour il divise pour mieux régner : les privilégiés sont les fonctionnaires, les cheminots, les enseignants, les réfugiés, les chômeurs, les retraités… A les écouter, nous serions tous, à tour de rôle les responsables de la faillite de notre pays, les profiteurs des uns et des autres alors que les gentils millionnaires (qui se multiplient d’année en année ) nous honorent des miettes de leur fortune.

Ne nous laissons pas diviser. Il n’y a qu’un seul qui paie : c’est le peuple tout entier.

A-t-il jamais évoqué pour qui le peuple paie ? Qui sont les vrais profiteurs ? Ce sont eux. Nous payons des millions d’euros de privilèges pour leur train de vie d’élus et anciens élus. Nous payons des milliards pour ceux qui gagnent au moins un smic par jour. Mr Bernard Arnault gagne 770e par seconde. 24,3 milliards en 2017. Si lui et ses amis étaient taxés comme nous, nous aurions de quoi nous payer hôpitaux, infirmiers et médecins qui nous font mortellement défaut, mais aussi enseignants et écoles, collèges et lycées, de financer nos retraites, nos allocations chômage, personnes âgées ou handicapées et bien d’autres choses encore. C’est pour les ultra riches que nous payons et que nous nous serrons la ceinture. Contrôlons les fraudeurs fiscaux et les exilés fiscaux plutôt que les chômeurs. Ça rapportera bien plus.

Cet argent nous en aurions besoin dans les caisses de nos villes pour financer les droits de base :

  • arrêter d’empoisonner nos enfants et généraliser le bio dans leurs assiettes à la crèche et à l’école.
  • ouvrir des micro crèches en partenariat avec les bailleurs sociaux
  • préserver la biodiversité en généralisant la gestion différenciée des espaces, expérimentant l’éco pastoralisme  (des chèvres ou moutons pour tondre), des ruches sur nos toits, des maisons à insectes, des jardins partagés…
  • des correspondants de nuit dans nos quartiers
  • une politique jeunesse définie qui s’appuie sur les mjc plutôt que des actions empilées les unes sur les autres sans cohérence.

Nous savons faire. Nous sommes prêts à le faire.

Du budget et des compteurs Linky

Lors du conseil municipal, j’ai accueilli un jeune conseiller municipal d’opposition à mes côtés : Jonathan Guerrand, dont le sérieux et la combativité vont être précieux.

Nous sommes intervenus particulièrement dans 2 dossiers :

  • La préparation budgétaire: dans un contexte ou Mr Macron, fils spirituel de Sarkozy et Hollande nous ressert les mêmes vieilles recettes libérales, les citoyens  et les communes sont au régime sec. Résultat : c’est moins d’argent pour tout le monde (sauf pour les multinationales, les financiers et leurs dividendes infinis, ne parlons pas de ceux qui ont mis leurs milliards en comptes off shore divers). Alors doit-on se contenter d’une vision comptable du budget de la ville ? Doit-on payer des impôts sans espérer que notre argent serve à des objectifs de politique communale ambitieux ? Est-ce le rôle des élus : faire les économies à la place de l’Etat pour que la commission européenne et le FMI nous donnent une bonne note ? Nous avons donc fait des propositions : viser à la généralisation du bio dans nos cantines en travaillant avec des agriculteurs locaux en circuits courts. Créer des micro-crèches en partenariat avec les bailleurs sociaux dans des appartements.  Des actions pour la réussite éducative et pour la jeunesse ambitieuses. Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique par la préservation de la biodiversité en ville notamment… Car l’écologie est toujours la grande absente.
    Nous avons plein d’idées qui ne coûtent pas forcément cher et que nous sommes prêts à mettre au service des juvisiens.
  • Les compteurs Linky: nous regrettons que la majorité ne soit pas plus offensive pour faire respecter notre droit à refuser les compteurs Linky. Nous avons demandé à ce que chacun d’entre vous soit informé des risques sur la santé, sur notre portefeuille (car il faut bien que quelqu’un paie au bout du compte), sur nos libertés publiques avec le piratage et la revente d’informations personnelles possibles de ces compteurs. Cette gabegie, dénoncée par la cour des comptes, n’a que pour objectif de servir les intérêts financiers d’ENEDIS. Ne nous laissons pas faire. Vous avez la possibilité individuelle de refuser puisque la mairie ne semble pas vouloir faire jouer un refus collectif. N’hésitez pas à nous contacter pour faire respecter vos droits et vous faire accompagner dans vos démarches.