Démocratie directe : des cahiers de doléances pour vous exprimer

Comme précédemment annoncé, l’équipe « place aux juvisien.nes » se renouvelle, en restant dans la lignée du programme de 2014 donnant priorité à l’intérêt commun. Nous serons vos porte-paroles au sein du conseil municipal et envisageons notre travail comme le produit de la réflexion collective. Notre première initiative a été de répondre à la demande d’un certain nombre de juvisien.ne.s : en écho à l’exigence légitime de démocratie directe exprimée par les mouvements sociaux actuels, nous avons fait la demande à M. le maire de Juvisy d’ouvrir des cahiers de doléances qui seraient mis à la disposition de la population à l‘espace Marianne. Dans ces cahiers, vous pourriez inscrire vos critiques, vos propositions et vos aspirations tant au niveau local que national. Nous comptons sur notre député de circonscription pour les remettre officiellement au président de la République.

Les motifs de mécontentements sont nombreux : on s’aperçoit tous les jours que les centres de décision concernant notre vie quotidienne s’éloignent et se raréfient (ex : le Grand Paris et EPT12) et détruisent les services publics locaux : hôpital, pompiers, poste, impôts, transports,… On constate qu’il y a de moins en moins d’interlocuteurs. Et cela ne suffit pas à ceux qui défendent l’austérité quel que soit leur bord. Le gouvernement souhaite ainsi supprimer encore des postes de fonctionnaires. Toutes les conquêtes sociales sont menacées par cette politique : retraite, santé, sécurité sociale, éducation publique. C’est la solidarité nationale qui est remise en cause et le changement climatique qui est nié.

On voit d’ailleurs que les protestations légitimes du peuple se heurtent à une répression sans précédent et disproportionnée par rapport à la réalité de la situation. Nous dénonçons cette violente répression faite par le gouvernement à l’encontre de ceux qui réclament plus de justice fiscale et plus de démocratie, tant au niveau national que local. A Juvisy aussi, les concitoyen.ne.s aimeraient être entendu.e.s. Les réunions publiques sont des parodies de consultation. La municipalité prend unilatéralement des décisions aux conséquences majeures : construction de préfabriqués dans les cours des écoles, vente de biens municipaux à des prix dérisoires participant à la bétonisation de la ville,…

Nous nous ferons les porte-paroles de vos doléances légitimes au sein du conseil municipal et nous nous tenons à votre disposition pour dialoguer et construire les alternatives locales.

André Plas et Laurence Gauthier pour la liste « place aux juvisien.ne.s »

De nouveaux visages pour incarner la première opposition, constructive et cohérente.

Lors des dernières élections municipales, nous avions réunis près de 15% des suffrages sur la base d’un programme dédié à la défense des biens communs, au respect de la démocratie locale, à l’écologie, à un urbanisme contrôlé et au développement d’une économie locale sociale et solidaire…

Ainsi, dès 2014, nous nous sommes opposés, avec raison, à :

  • La fusion des 3 hôpitaux, et nous avions déjà mis en garde le Maire la soutenait, que cela signifiait la mort de notre hôpital.
  • La fusion des agglomérations créant la métropole du Grand Orly, synonyme de fin de la démocratie, opacité des décisions, renvoi des responsabilités entre maires et métropole, et perte financière que représentait le choix de rejoindre le Val de Marne plutôt qu’Evry.

Nous avons travaillé de de gros dossiers :

  • La reprise en régie publique de l’eau dans laquelle vont s’engager des communes de l’Ile-de-France et pas nous (un rendez-vous manqué par les élus, mais nous avons saisi la justice pour invalider leur décision).
  • la préservation de la biodiversité : nous avons été à l’origine d’une pétition victorieuse pour réclamer l’abandon du glyphosate sur l’espace public par la Mairie
  • La démystification de la vidéosurveillance, qui ponctionne des millions d’euros d’argent public pour un résultat moins efficace que des éducateurs, des correspondants de nuit, ou des agents sur le terrain.
  • A chaque décision injuste, nous étions présents : la grille de quotients familiaux qui pénalise les familles, la mise sur la touche de l’ACJ, le soutien aux parents d’élèves dans leurs combats quotidiens, la nécessité d’un nouveau collège, le centre de loisirs…

Nous œuvrons pour :

  • La restauration municipale 100% bio. C’est possible de développer des partenariats avec des producteurs locaux pour alimenter nos cantines.
  • Un tracé du tramway alternatif et nous sommes contents que notre proposition ait été reprise par la municipalité.
  • Juvisy ne doit pas se transformer pas en ville dortoir. Le PLU voté par la Mairie renforce cet urbanisme non maitrisé aux mains des promoteurs.

Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Nous sommes une équipe de Juvisien-nes attachés à notre ville. Nous ne visons pas un plan de carrière. Nous voulons démontrer que nous sommes dignes de confiance pour diriger Juvisy demain. C’est pourquoi nous souhaitons dans cette 2ème partie de mandat faire tourner les responsabilités. Et c’est pourquoi, nous passons la main à Laurence Gauthier et André Plas pour incarner notre opposition au conseil municipal, aux côtés de Cécile Moutte.

Plus que jamais à votre service : retrouvez notre bilan complet sur www.lepetitjuvisien.fr

Mounia benaili et Jonathan Guerrand
Place aux juvisiennes et aux juvisiens

Rencontre avec vos élu-es d’opposition

Depuis 2014, notre groupe Place aux juvisiennes et aux juvisiens, qui a recueilli près de 15% des voix aux elections municipales, est devenu la première force d’opposition au conseil municipal et dans la ville.

A chaque dossier, à chaque budget, à chaque décision prise, nous sommes intervenus pour faire respecter les juvisien-ne-s, dans une opposition constructive et cohérente.

Qualité de l’eau et facture d’eau potable, hôpital de Juvisy, bétonnage et urbanisme, services publics, quotient familial, politique jeunesse et défense de l’acj, refus de la metropolisation et du Grand Orly, compteurs Linky, biodiversité et refus du glyphosate sur l’espace public, vidéosurveillance… et bien d’autres thèmes sur lesquels nous avons alerté et parfois pesé.

Nous souhaitons vous faire partager notre positionnement et nos actions; vous convaincre, à l’aune de notre bilan, que notre projet est concrêt, réalisable et conforme à l’intérêt de tous les juvisiens.

Rencontre avec vos élu-es d’opposition
au conseil municipal de Juvisy

Mercredi 17 octobre à 20h
Salle Pidoux 64 grande rue à Juvisy

Eau potable : nous avons saisi la justice

Cette année des villes de l’Essonne, du Val de Marne et de Seine St Denis ont pris une décision historique : ne pas réadhérer bêtement au Syndicat des Eaux d’Ile-de-France entre les mains de Véolia pour la gestion de l’eau potable, mais prendre le temps d’une étude de 2 ans pour prendre une décision en conscience.

Ces 2 ans vont permettre aux élu-es de débattre avec leurs habitants, élaborer différents scénarii techniques et politiques: gestion publique ? Gestion privée ? Un nouveau syndicat ? Une collaboration avec Eau de Paris ? Repartir avec le SEDIF ? Avec des objectifs stratégiques : une gestion plus transparente, moins chère, moins de gaspillage, une eau de meilleure qualité, des investissements sur les réseaux plus importants.

2 ans pour le temps de la réflexion dans l’intérêt des habitants. Bravo à ces élu-es. Et ici ? Qu’ont choisi les élu-es de Juvisy ? Malgré leurs promesses, ils ont re-signé avec le SEDIF. Dans notre dos. En catimini. Nous liant avec Véolia pour des dizaines d’années encore, dans l’opacité la plus totale.

Nous nous sommes donc associés au recours porté par les collectifs de citoyens et des élus de ces 3 départements pour demander l’annulation de cette décision. 12 communes sont concernées. Nous pensons avec l’avocat qui nous représente qu’il y a  une rupture d’égalité entre les habitants de ces villes qui vont bénéficier d’une étude de 2 ans, et les habitants de celles qui se sont fourvoyées avec le SEDIF et Véolia.

Le débat a été confisqué pour nos habitants, alors que nous avons été près de 1000 signataires pour une pétition pour le retour en régie publique de l’eau, gage d’une eau moins chère et de meilleure qualité.

Il faudra des mois avant que la requête devant le tribunal administratif ne soit examinée, mais nous ne manquerons pas de vous tenir informé. En espérant que nous pourrons bénéficier de l’étude sur le service de l’eau engagée par ces courageuses communes. Nous ferons tout notre possible dans cet objectif au contraire de cette majorité municipale qui n’a pas su être exigeante sur cette  question de l’eau potable.

Nous donnons rendez-vous le 17 octobre à 20h salle Pidoux, à tous ceux qui veulent élaborer les bases d’un projet alternatif pour notre ville. Nous serons là pour recueillir vos doléances, et ensemble tracer un autre chemin pour une meilleure qualité de vie à Juvisy.

Pour en savoir plus

http://m.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-val-de-marne-essonne-ils-veulent-annuler-l-adhesion-de-12-villes-au-sedif-03-09-2018-7874598.php

http://m.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-val-de-marne-essonne-ils-veulent-annuler-l-adhesion-de-12-villes-au-sedif-03-09-2018-7874598.php

Diviser pour mieux régner

Lorsque Macron dit qu’il ne sent pas de colère dans le pays, c’est qu’il s’emploie à monter celle des uns contre les autres. Chaque jour il divise pour mieux régner : les privilégiés sont les fonctionnaires, les cheminots, les enseignants, les réfugiés, les chômeurs, les retraités… A les écouter, nous serions tous, à tour de rôle les responsables de la faillite de notre pays, les profiteurs des uns et des autres alors que les gentils millionnaires (qui se multiplient d’année en année ) nous honorent des miettes de leur fortune.

Ne nous laissons pas diviser. Il n’y a qu’un seul qui paie : c’est le peuple tout entier.

A-t-il jamais évoqué pour qui le peuple paie ? Qui sont les vrais profiteurs ? Ce sont eux. Nous payons des millions d’euros de privilèges pour leur train de vie d’élus et anciens élus. Nous payons des milliards pour ceux qui gagnent au moins un smic par jour. Mr Bernard Arnault gagne 770e par seconde. 24,3 milliards en 2017. Si lui et ses amis étaient taxés comme nous, nous aurions de quoi nous payer hôpitaux, infirmiers et médecins qui nous font mortellement défaut, mais aussi enseignants et écoles, collèges et lycées, de financer nos retraites, nos allocations chômage, personnes âgées ou handicapées et bien d’autres choses encore. C’est pour les ultra riches que nous payons et que nous nous serrons la ceinture. Contrôlons les fraudeurs fiscaux et les exilés fiscaux plutôt que les chômeurs. Ça rapportera bien plus.

Cet argent nous en aurions besoin dans les caisses de nos villes pour financer les droits de base :

  • arrêter d’empoisonner nos enfants et généraliser le bio dans leurs assiettes à la crèche et à l’école.
  • ouvrir des micro crèches en partenariat avec les bailleurs sociaux
  • préserver la biodiversité en généralisant la gestion différenciée des espaces, expérimentant l’éco pastoralisme  (des chèvres ou moutons pour tondre), des ruches sur nos toits, des maisons à insectes, des jardins partagés…
  • des correspondants de nuit dans nos quartiers
  • une politique jeunesse définie qui s’appuie sur les mjc plutôt que des actions empilées les unes sur les autres sans cohérence.

Nous savons faire. Nous sommes prêts à le faire.