Nous avions raison hier, la majorité municipale le reconnait aujourd’hui

La majorité a mis en scène un conseil municipal extraordinaire pour voter de façon symbolique des vœux qui arrivent bien tard !

Voilà que la majorité souhaite sortir de l’agglomération du Grand Orly ! Quel aveu de manque de vison pour nos villes. Depuis 2014 nous alertons, conseil après conseil, sur la dangereuse métropolisation qui prive nos villes de leur pouvoir de décision, qui accentue les inégalités financières au lieu d’être facteur d’économies, qui crée  un échelon supplémentaire éloignant encore plus les citoyens des lieux de pouvoir. Nous étions seuls à voter contre. Si la majorité nous donne raison aujourd’hui, il est bien trop tard pour remettre en cause une loi qui nous est dictée par Bruxelles. Espérons que ces élus en tireront les conséquences dès les européennes de 2019, en ne soutenant pas leurs propres amis qui votent à Bruxelles ces directives anti-démocratiques.

Concernant l’hôpital, si nous n’oublions pas que le Robin Réda avait voté pour le projet de fusion des hôpitaux de Longjumeau Juvisy et Orsay lorsqu’il était président du conseil de surveillance de l’hôpital de Juvisy, nous avons été ravis de les voir entrer dans la bataille pour son maintien.  Cependant les exigences de la majorité ne sont pas à la hauteur : nous ne voulons pas du projet de l’ARS sur Saclay mal ficelé, sous évalué financièrement mais surtout insuffisant pour notre bassin de vie. Nous voulons conserver nos urgences et renforcer les services hospitaliers existants, avec la rénovation des bâtiments.

La majorité, fidèle aux positions idéologiques des partisans de l’austérité au niveau national,  s’inscrit dans une logique comptable, quand nous disposons d’une vision de long terme pour la France et pour notre ville. Comment mettre en œuvre des politiques publiques conformes aux intérêts des habitants quand on est seulement préoccupé des échéances électorales, tributaire du temps médiatique et soumis aux recettes libérales ? Quand vont-ils comprendre que leur système ne marche pas car, sous la coupe des financiers, toujours soucieux de leurs dividendes et non du bien commun ? L’idéologie est de leur côté et non du nôtre. Venez nous rejoindre pour construire un projet commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *